ATTAC-54

Menu

Catégorie : Le coin des assos

Création du Collectif pour le désarmement nucléaire 54

Les associations qui s’étaient rencontrées à l’occasion de l’entrée en vigueur du Traité pour l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) se sont retrouvées en mars pour acter la création du Collectif pour le Désarmement Nucléaire 54.

A ce jour, celui-ci comprend le Mouvement pour une Action Non-violente (MAN), le Mouvement des Objecteurs de Conscience (MOC), Greenpeace, le Mouvement International de la Réconciliation (MIR), le Centre Lorrain  d’Information pour le Développement (CLID), le Mouvement de la Paix, la Libre Pensée, ATTAC, l’Entente pour le Défense de l’Environnement Nancéien (EDEN), le NPA et la France Insoumise. D’autres associations ou partis politiques pourraient les rejoindre.

Pour l’instant, le Collectif s’est donné pour objectif de contacter les municipalités et les parlementaires, mais aussi d’organiser dans les semaines qui viennent une action publique. D’ores et déjà, la Ville de Vandœuvre a signé l’Appel des maires en faveur du TIAN.

Nancy Thermal : en attente du jugement

(Le Bien commun)

Des membres de l’association Le Bien Commun et quelques élus ont engagé depuis deux ans un recours contre le contrat de concession accordé à Bouygues et Valvital pour la mise en oeuvre du projet de transformation de Nancy Thermal tel qu’il a été décidé par la Métropole du Grand Nancy.

Un projet qui remplace la seule piscine olympique de plein-air de l’agglomération par une autre deux fois plus petite, reléguée le long d’une rue très empruntée par la circulation automobile.

Un projet qui fait passer le tarif d’entrée de 4,50 € à 6 €, et à 16 € pour deux heures à la piscine ronde.

Un projet immobilier, commercial et financier dans lequel les contribuables injecteraient 76 millions d’euros pour alimenter des dividendes estimés à 87 millions d’euros, selon les chiffres du contrat.

Et que dire de ces cubes de couleur noirâtre plaqués sur un patrimoine Art Nouveau qui vient d’être inscrit aux Monuments Historiques ?

L’audience a eu lieu mardi 2 mars au Tribunal administratif de Nancy. La rapporteure publique, chargée d’instruire le dossier et de donner un avis aux juges, a donné raison aux requérants : elle a estimé que les subventions publiques prévues par le contrat au profit du concessionnaire privé sont illicites. Elle a proposé en conséquence l’annulation totale du contrat.

Le jugement est attendu dans quelques semaines.

Nancy, le 3 mars 2021