ATTAC-54

Menu

Catégorie : Autres articles

Quiz sur le discours et programme économique et social du RN

Attac-54 a engagé depuis quelques temps un travail sur la déconstruction du discours/programme économique et social du Rassemblement National. Ce travail a notamment débouché sur l’établissement d’un Quiz pour faire comprendre, sous une forme ludique, la réalité qui se cache sous les discours lénifiants du RN. Nous avons commencé à partager ce Quiz avec vous dans l’infolettre de juin (pouvoir d’achat et logement), celle de septembre (fiscalité) et celle d’octobre (écologie). Ce mois-ci nous traiterons de questions d’éducation et de société.

Partie 4 : Éducation / Société

Question 16

En matière d’éducation, le RN souhaite :

A – Instaurer le salut au drapeau en début de journée scolaire, au collège et au lycée.

B – Instaurer le port de l’uniforme au primaire et au collège.

Question 17

Concernant l’enseignement des langues et cultures d’origine, le RN souhaite :

A – Les supprimer, car elles nuiraient à l’assimilation.

B – Les limiter à celles du monde occidental, pour créer des ponts entre ces cultures.

Question 18

Sur l’épineux problème des signes religieux, le RN veut :

A – Interdire les signes religieux dans l’espace public.

B – Interdire le seul port du voile dans l’espace public.

Question 19

Pour améliorer la situation critique des hôpitaux publics, le RN propose :

A – D’augmenter les moyens qui leur sont alloués.

B – De revoir leur gouvernance pour améliorer leur efficacité.

Question 20

En matière de féminisme, laquelle des 2 propositions suivantes le RN soutient-il :

A – Protéger les femmes contre toutes les agressions dont elles sont victimes.

B – Allouer 1 milliard d’euros pour la lutte contre les violences faites aux femmes.

Question 21

Le grand projet du RN pour l’audiovisuel consiste à :

A – Créer une grande chaîne publique unique en fusionnant France 2, France 3, France 4 et France 5.

B – Privatiser l’audiovisuel public.

==> Pour voir les réponses et les commentaires : cliquez en haut à droite de la page sur « Menu », puis « Quiz sur le RN – Réponses ».

Pas de paix sans justice, pas de justice sans décolonisation

Nous reprenons ici un communiqué d’Attac France du 16 octobre 2023 sur le conflit israélo-palestinien. Attac-54 est totalement en phase avec ce communiqué.

L’action militaire lancée par le Hamas le 7 octobre, soutenue par d’autres groupes armés palestiniens, a délibérément visé des civil·es, parmi d’autres objectifs militaires. Il s’agit donc de crimes de guerre et nous condamnons fermement ces attaques effroyables que rien ne justifie. Nous condamnons aussi la réponse aveugle et brutale du gouvernement israélien, qui constitue également un crime de guerre : le siège et le bombardement continu de la population de Gaza, privée d’eau, d’électricité et de gaz, sans compter l’utilisation de bombes au phosphore, les assassinats de manifestant·es en Cisjordanie et la menace d’expulsion de plus d’un million d’habitant·es du nord de Gaza.

Nos pensées et notre solidarité vont aux victimes israéliennes et palestiniennes de cette terrible escalade. Celle-ci résulte de décennies d’oppression coloniale. Elle s’inscrit dans une guerre de longue durée menée contre le peuple palestinien pour l’expulsion de leurs territoires. Une guerre de plus ou moins grande intensité selon les périodes, commencée avant même la création de l’État d’Israël.

Le gouvernement d’extrême-droite actuellement en place en Israël ne fait que radicaliser une longue politique de colonisation et d’occupation de la Palestine, qui a conduit à priver de leurs terres les Palestinien·nes, à les déshumaniser, comme l’attestent les récentes déclarations du ministre de la Défense Yoav Gallant, les traitant « d’animaux humains ».

Cette situation est particulièrement marquée à Gaza depuis le début des années 2000. Sous blocus illégal condamné par le droit international depuis 17 ans, l’enclave constitue une prison à ciel ouvert dans laquelle survivent 2,1 millions de personnes, dont 1,4 million de personnes réfugiées, qui dépendent pour l’essentiel des aides internationales.

Alors que la plupart des grandes puissances veulent encore plus isoler les Palestinien·nes en manifestant leur soutien inconditionnel à Israël, la solution passe en premier lieu par la mise en œuvre des résolutions de l’ONU qui visent à défendre les droits des Palestinien·nes (évacuation des territoires occupés, droit au retour des réfugié·es, reconnaissance des droits politiques des Palestinien·nes…). Au-delà, il n’y aura pas de paix durable sans solution politique juste, c’est-à-dire sans mettre fin à la situation coloniale qui sévit en Palestine.

Attachée à la paix depuis sa création, et condamnant sans réserve le racisme, l’antisémitisme, le colonialisme, les discriminations, et les différentes formes d’oppressions, Attac appelle à un cessez-le-feu immédiat et à une paix juste et durable et exprime sa plus vive inquiétude devant le risque d’embrasement au Moyen-Orient.

Par ailleurs, nous nous opposons à toute exploitation en France du conflit israélo-palestinien pour dresser les un·es contre les autres, pour instrumentaliser la situation à des fins antisémites ou islamophobes. Aucune personne en raison de son origine ou religion supposée ne doit faire les frais de la situation en Palestine, et tout acte raciste doit être puni.

Enfin, le conflit israélo-palestinien ne peut constituer un nouveau prétexte pour le gouvernement d’attaquer les libertés publiques ni pour faire taire toute voix qui soutiendrait la cause palestinienne. Attac participera donc aux initiatives unitaires qui défendent une politique de paix juste et durable, dans le respect des droits des peuples, et des résolutions de l’ONU.

Attac France — 2023

Quiz sur le discours et programme économique et social du RN

Attac-54 a engagé depuis quelques temps un travail sur la déconstruction du discours/programme économique et social du Rassemblement National. Ce travail a notamment débouché sur l’établissement d’un Quiz pour faire comprendre, sous une forme ludique, la réalité qui se cache sous les discours lénifiants du RN. Nous avons commencé à partager ce Quiz avec vous dans l’infolettre de juin (pouvoir d’achat et logement) et celle de septembre (fiscalité). Ce mois-ci nous traiterons de l’écologie.

Partie 3 : Écologie

Question 11

Pour assurer l’avenir énergétique du pays, le RN mise avant tout :

A – Sur le développement de la filière nucléaire.

B – Sur le développement des énergies renouvelables, et notamment de la filière éolienne.

Question 12

La stratégie européenne “De la ferme à la fourchette” vise à modifier partiellement notre système agricole pour le rendre plus écologique et plus durable : arriver à 25% de bio, réduire l’usage des pesticides de 50% et celle des engrais de 20%, réduire les surfaces cultivées de 10%. Et tout ça d’ici 2030.

A – Le RN soutient cette stratégie, malgré quelques réserves liées à notre souveraineté.

B – Le RN s’oppose à cette stratégie, qui porterait gravement atteinte à notre souveraineté.

Question 13

Concernant les projets de méga-bassines d’eau destinées à l’irrigation pour l’agriculture :

A – Le RN y est favorable, avec un financement par l’État.

B – Le RN s’y oppose car elles accaparent cette ressource de plus en plus rare en période estivale, au profit de quelques-uns et au détriment de la majorité.

Question 14

À l’Assemblée nationale et au Parlement européen, le RN s’est prononcé :

A – Pour la régulation des méga-yachts et des jets privés.

B – Contre la régulation des méga-yachts et des jets privés.

Question 15

Pour enrayer la baisse de la biodiversité, le RN projette :

A – De réduire progressivement de 20% l’utilisation des engrais chimiques, et de 50% celle des pesticides à l’horizon 2030.

B – De subordonner l’utilisation des engrais chimiques et pesticides à l’évolution annuelle d’espèces témoin, en concertation avec le Ministère de l’Agriculture.

==> Pour voir les réponses et les commentaires : cliquez en haut à droite de la page sur « Menu », puis « Quiz sur le RN – Réponses ».

Pour une fiscalité à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux

Bruno Le Maire a présenté fin septembre, en Conseil des ministres, le Projet de loi de finances 2024, qui pointe les choix fiscaux et budgétaires du gouvernement.

Voici un communiqué à ce propos du collectif PJC – Alliance écologique et sociale dont fait partie Attac France. Ce collectif « est né en janvier 2020 de la volonté de syndicats et d’associations environnementales de changer les termes du débat et de défendre une vision profondément sociale et environnementale de notre société. » (https://alliance-ecologique-sociale.org/)

L’impact écologique du numérique

Dans le cadre du Camp Climat 2023 organisé début septembre par le Plan B Nancy, Attac-54 a fait une présentation – sous forme de Powerpoint – sur un sujet qui, à des degrés divers, nous concerne tous : l’impact écologique du numérique. En voici un résumé.

La création en 1969 du réseau américain Arpanet, qui relia pour la première fois des ordinateurs entre eux, marque le début de l’ère numérique. Puis, en à peine une génération, le numérique a conquis la planète.

Tout est fait pour occulter l’impact matériel du numérique sur le monde réel, alors que son empreinte écologique est en réalité énorme, l’équivalent de 3 fois celle d’un pays comme la France. Il mobilise une part croissante des ressources (énergie, matériaux, eau) et consommera 20% de l’électricité produite dans le monde en 2025, tout en étant à l’origine de 7 à 8 % des émissions de gaz à effet de serre. La notion de “sac à dos écologique”, qui indique la quantité de ressources nécessaires à la fabrication d’un produit ou d’un service, illustre bien cet aspect prédateur du numérique. L’exemple de l’ordinateur portable est éloquente :

Et c’est bien pire encore pour un smartphone, ou pour le composant de base essentiel de l’industrie numérique qu’est la puce électronique, symbole même de la mondialisation et de l’effroyable consommation d’énergie qui va avec.

Les centres de données (data centers), lieux de transit, de stockage et de traitement de l’information, sont les rouages essentiels de l’ère numérique. Ils permettent de faire face à l’actuel déluge quotidien –en progression exponentielle – de 5 milliards de Go de données ! L’énergie consommée pour leur fonctionnement et leur refroidissement est colossale et représente une part sans cesse croissante de l’énergie mondiale (ex : dans le Grand Paris, à l’horizon 2030,  1/3 de l’électricité leur sera consacrée), poussant les géants du numérique à se tourner vers des solutions extrêmes pour réduire leur facture énergétique et verdir leur image, par l’installation de data centers dans le Grand Nord (Laponie) ou par leur immersion dans des mers froides.

Un data center de Facebook dans l’Orégon

Le trafic numérique mondial se fait via les autoroutes de l’information que constituent les plus de 500 câbles optiques sous-marins. Si leur impact sur le monde marin reste minime, ils ont un fort impact indirect par l’explosion du trafic de données qu’ils permettent grâce aux fantastiques évolutions techniques intervenues depuis la pose du premier câble en 1988.

La réponse au danger écologique que représente l’industrie du numérique devra forcément être collective, mais chacun peut déjà, à son niveau, réduire son empreinte en pratiquant la sobriété numérique : s’équiper de matériel léger, adapté et multifonction qu’on pensera à recycler, limiter au maximum le visionnage de vidéos en ligne – c’est le poids lourd du numérique, elles représentent 60% du flux mondial de données ! –, alléger les e-mails autant que faire se peut, raccourcir les recherches web par des astuces permettant d’éviter le recours aux moteurs de recherche, optimiser le stockage de données, etc.

Pour voir l’intégralité de la présentation en format PDF : cliquer sur « Menu » en haut à droite de la page, puis sur « Impact écologique du numérique ».

Quiz sur le discours et programme économique et social du RN

Attac-54 a engagé depuis quelques mois déjà un travail sur la déconstruction du discours/programme économique et social du Rassemblement National. Ce travail a notamment débouché sur l’établissement d’un Quiz pour faire comprendre, sous une forme ludique, la réalité qui se cache sous les discours lénifiants du RN. Nous avons commencé à partager ce Quiz avec vous dans l’infolettre de juin, sur les questions de pouvoir d’achat et de logement. Ce mois-ci, nous traitons des questions de fiscalité.

Partie 2 : Fiscalité

Question 6

Le RN souhaite :

A – Exonérer d’impôts sur le revenu tous les actifs jusqu’à 30 ans.

B – Renforcer la progressivité  de l’impôt sur le revenu par la création de nouvelles tranches.

Question 7

En matière de fraude, le RN veut prendre des mesures pour  :

A – Lutter contre la fraude fiscale et la fraude aux prestations sociales, qui seraient toutes deux sous-évaluées.

B – Lutter contre l’évasion fiscale (80 à 100 milliards/an).

Question 8

Concernant les impôts, le RN veut :

A – Supprimer le dispositif Pinel qui permet une réduction d’impôts pouvant atteindre 12% du prix du logement.

B – Exonérer les donations des parents et des grands-parents – jusqu’à 100 000€ par enfant – tous les 10 ans, au lieu de 15 ans actuellement.

Question 9

Pour aider les entreprises, et plus particulièrement les PME, le RN veut :

A – Supprimer la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et la Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (CSSS).

B – Revoir les niches fiscales d’entreprise et les régimes dérogatoires pour en diminuer le nombre et le coût, afin d’élargir l’assiette de l’impôt sur les sociétés.

Question 10

Macron a remplacé l’ISF par un impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui rapporte trois fois moins que l’ISF. Le RN projette de :

A – Prendre le contre-pied de Macron en restaurant l’ISF.

B – Remplacer l’IFI par un «impôt sur la fortune financière ».

==> Pour voir les réponses et les commentaires : cliquez en haut à droite de la page sur « Menu », puis « Quiz sur le RN – Réponses ».

Le Livre sur la Place : deux adhérents d’Attac-54 parmi les auteurs

Lors de la récente édition 2023 du Livre sur la Place, deux adhérents d’Attac-54 figuraient parmi les auteurs présents :

• Benoit FOURCHARD, auteur de pièces de théâtre, de scénarios, de nouvelles et de romans. Son dernier roman, Martha, disponible dans toutes les bonnes librairies, explore les différentes facettes du syndrome de Diogène.

• Bernard APPEL, dont le recueil de poèmes L’inaccompli s’était vu décerner le Grand Prix des Poètes Lorrains 2022. Pour découvrir l’ensemble de ses recueils : https://sites.google.com/view/bernardappel/accueil

Quiz sur le discours et programme économique et social du RN

Attac-54 a engagé depuis quelques mois déjà un travail sur la déconstruction du discours/programme économique et social du Rassemblement National. Ce travail a notamment débouché sur l’établissement d’un Quiz pour faire comprendre, sous une forme ludique, la réalité qui se cache sous les discours lénifiants du RN. Nous allons partager ce Quiz ici avec vous dans les mois à venir, en le divisant en quelques grands thèmes. N’hésitez pas à nous faire des retours ou des propositions (contact@attac54.org). Ce mois-ci, nous parlerons Pouvoir d’achat et Logement.

Partie 1 : Pouvoir d’achat/Logement

Question 1

Pour améliorer le pouvoir d’achat, le RN veut :

A – Permettre aux entreprises d’effectuer une hausse des salaires de 10 % jusqu’à trois fois le SMIC, sans hausse des cotisations patronales.

B – Revaloriser de 10 % les salaires des fonctionnaires, revaloriser les bourses  étudiantes au niveau de l’inflation, en taxant les superprofits.

Question 2

Concernant l’encadrement des salaires dans les entreprises, pour limiter l’écart entre les salaires les plus faibles et les plus élevés, le RN y est :

A – Favorable.

B – Défavorable.

Question 3

Lors d’une discussion en commission des affaires sociales de l’Assemblée sur la proposition d’augmenter le SMIC à 1600 €, le RN s’est prononcé :

A – Contre cette augmentation du SMIC.

B – Pour cette augmentation du SMIC.

Question 4

En matière de logement, le RN veut :

A – Développer le parc de logements sociaux, grâce notamment aux partenariats public/privé.

B – Faciliter l’accès des jeunes couples à la propriété en octroyant un prêt public à taux 0 (jusqu’à 100 000€), qui sera transformé en don dès le 3ème enfant.

Question 5

La loi Kasbarian criminalise les locataires menacés d’expulsion et ceux qui se réfugient dans un local vide. La peine encourue est de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende. Le RN a :

A – voté pour cette  loi à l’Assemblée nationale

B – voté contre cette  loi à l’Assemblée nationale

==> Pour voir les réponses et les commentaires : cliquez en haut à droite de la page sur « Menu », puis « Quiz sur le RN – Réponses ».

Le programme économique et social du RN

Pour Attac-54, le marqueur de cette année 2023 est le travail engagé sur la déconstruction du discours du Rassemblement National, qui élargit son audience au-delà de sa base habituelle, en attirant notamment le vote d’une partie des salariés et des Français les plus défavorisés. Un quiz à destination du grand public est en cours d’élaboration, dont une première version a déjà été testée avec succès lors de deux manifestations, syndicale et associative. Une conférence avait également été organisée le 13 avril dernier, sur le thème : « La critique du programme économique et social du RN ». Le conférencier, Vincent Drezet, membre du Conseil scientifique d’Attac-France, avait ensuite participé à deux émissions sur des radios locales, dont une sur ce même sujet.Voici un condensé des propos développés lors de la conférence et de l’émission (sur RCN).

Le Rassemblement National connaît une progression générale dans le pays : dans ce qu’on appelle la « France périphérique », qui se tourne surtout vers un vote « anti-système », dans la classe moyenne grâce à son discours sur la sécurité, dans les villages et les petites villes à travers son discours sur le pouvoir d’achat. À quoi il faut ajouter un ras-le-bol général vis-à-vis des autres partis politiques.

Dernièrement, l’attitude intransigeante du gouvernement face aux manifestations répétées et massives contre la réforme des retraites a débouché sur une crise démocratique et institutionnelle. C’est le Rassemblement National, pourtant absent dans les débats et dans la rue, qui en a profité le plus, en se contentant de capter la colère populaire. Il élargit ainsi sa base électorale, sans pour autant que cela se traduise par des propositions et des actions concrètes, car il reste fidèle à ses fondamentaux, marqués du sceau de l’injustice fiscale et sociale.

Le RN n’est pas, comme il le prétend, le parti du pouvoir d’achat. Il a par exemple voté contre la revalorisation du SMIC et contre une revalorisation du salaire des fonctionnaires. S’il propose une augmentation du salaire dans les entreprises, c’est au détriment des cotisations sociales, ce qui se traduira par une dégradation de la couverture sociale qui protège d’abord les plus défavorisés.

Il veut par ailleurs privatiser l’audiovisuel public, une mesure qui s’inscrit dans ses préconisations plus générales pour une société privatisée où les services publics seraient réduits à leur plus simple expression.

Les mesures fiscales qu’il propose sont en parfaite cohérence avec le néolibéralisme ambiant et favoriseraient d’abord les plus riches : suppression des droits de donation et de succession (les classes moyennes en sont déjà exemptées, ce sont donc les 20% les plus riches qui en bénéficieraient) ; diminution de la progressivité de l’impôt sur le revenu ; dégradation des services publics ; baisse des aides et prestations sociales, et de tout ce qui atténue les inégalités (qu’il assimile à de l’assistanat) ; refus du rétablissement de l’ISF, pourtant réclamé par une grande partie de son électorat populaire.

S’il reste plutôt vague sur les questions économiques, le programme du RN est par contre très détaillé sur ses thèmes traditionnels de la sécurité et de l’immigration, sur lesquels il n’a pas changé depuis 20 ans, fidèle à son approche nationaliste et xénophobe. Pour tout ce qui touche aux libertés publiques, le RN reste donc bien un parti d’extrême droite.

En matière de fraude, sans surprise, le RN met l’accent sur la fraude aux prestations sociales, ciblant ainsi particulièrement les plus défavorisés et les immigrés (sur le thème : « On ne va quand même pas payer pour eux ! »). Mais il faut ramener cette fraude à sa juste valeur, en comparant les 2 à 3 milliards d’euros annuels qu’elle représente, à la fraude fiscale des plus riches – de l’ordre de 80 milliards d’euros –, et à la fraude aux cotisations sociales du travail et des revenus non déclarés – estimée à 20 milliards d’euros. Les ordres de grandeur ne sont pas comparables, et ne laissent pas de doute quant aux priorités à donner en la matière…

Le RN a fait de gros efforts pour apparaître comme un parti respectable. Son discours a ainsi fortement évolué sur la question de l’Europe, car ses responsables ont compris qu’ils n’accèderaient pas au pouvoir en affichant la volonté de sortir de l’euro et en se mettant à dos l’Union Européenne et les marchés financiers.

Par ailleurs, quand le gouvernement fait de la NUPES son ennemi principal, il fait le lit du RN en contribuant à sa dédiabolisation et sa normalisation.

Quant à Eric Ciotti, il fait sauter de nouvelles digues lorsqu’il déclare que la seule différence entre la droite et le RN est la capacité à gouverner.

Mais au-delà des discours de façade du RN, il est important de dévoiler la réalité des faits et des projets, et de faire comprendre à l’électorat populaire que choisir le vote RN, c’est agir contre ses propres intérêts.

L’émission radio peut être écoutée sur le lien suivant : http://www.rcn-radio.org/wp-content/uploads/2023/04/2023_04_14_dialectique_le_programme_economique_du_rn.mp3

L’essentiel du 6e rapport de synthèse du GIEC

Le GIEC – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – vient de publier le rapport de synthèse qui clôture son sixième cycle d’évaluation. Il y fait le point sur l’ensemble des connaissances scientifiques concernant le changement climatique en cours.

Le rapport réaffirme tout d’abord avec force la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement global. Toutes les données concordent pour pointer du doigt les émissions de gaz à effet de serre (GES) – liées surtout à l’utilisation des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) – comme principale cause de ce réchauffement.

Les conséquences sont multiples :

• les évènements climatiques extrêmes comme les vagues de chaleur, les tempêtes et cyclones, les fortes pluies ou les sécheresses deviennent plus intenses et plus fréquents ;

• certaines évolutions comme la modification des océans ou la fonte des calottes glaciaires sont d’ores et déjà irréversibles, pour les décennies, voire les siècles à venir ;

• près de la moitié de la population mondiale vit actuellement dans des zones – pour la plupart situées au Sud – devenues très vulnérables, : montée du niveau des océans, inondations, sécheresses, canicules, pénuries alimentaires, risques sanitaires, etc ;

• la biodiversité est fortement impactée, de nombreuses espèces animales et végétales ont déjà disparu ou sont menacées à court terme.

Ces conséquences viennent en interactions avec d’autres risques non liés directement au climat, pour créer des situations de crise – économique, migratoire, sanitaire, sociale ou autres – qui vont se multiplier et s’accentuer dans les décennies à venir.

Le rapport souligne aussi une injustice climatique criante : ce sont les populations qui ont le moins contribué à ce réchauffement – essentiellement les pays pauvres du Sud – qui doivent en subir les conséquences les plus graves. Cette « dette climatique » des pays riches devrait se traduit par une importante compensation financière, mais ils ne tiennent pas leurs promesses et n’abondent que très insuffisamment les fonds destinés à aider les pays pauvres dans leur lutte contre le réchauffement.

Les  scientifiques du GIEC ne manquent toutefois pas de rappeler que les solutions existent, mais qu’il faudra une volonté politique forte pour les mettre en œuvre. Ils mettent ainsi nos décideurs devant la lourde responsabilité qu’ils portent vis à vis des générations futures.

Après avoir fait le constat que les mesures prises jusqu’ici sont largement insuffisantes au regard des besoins, les rédacteurs du rapport montrent la voie à suivre à travers trois axes.

La première des nécessités est de sortir à court terme des énergies fossiles et d’investir massivement dans le renouvelable. Les banques ont une responsabilité importante de ce point de vue, à travers leurs financements qui devraient être réservés prioritairement aux projet vertueux pour le climat. Nous sommes pour l’instant loin du compte.

Le deuxième point se résume à un seul mot : sobriété. Il est indispensable de réduire fortement notre consommation, notamment de produits manufacturés et/ou qui viennent de loin. Les plus riches devront faire un effort particulier, car ils contribuent de manière disproportionnée aux émissions de GES. Mais cette sobriété ne pourra devenir effective qu’à travers des politiques ambitieuses en rupture avec les modèles actuels. Le défi est de taille, car il s’agit de baisser d’au moins 40 % les émissions de GES d’ici 2050 !

Enfin, le déploiement rapide de solutions d’adaptation est indispensable pour infléchir le réchauffement planétaire et en atténuer les effets : arrêt de la déforestation dans les zones tropicales, agroforesterie, végétalisation des villes en sont quelques exemples. Le GIEC a simulé 5 scénarios climatiques possibles pour les 80 ans à venir. Pour l’heure nous nous trouvons plutôt sur la trajectoire du plus pessimiste d’entre eux. Les deux plus vertueux nous assureraient pourtant un « avenir vivable et durable pour tous », mais ils supposent de mettre sur pied sans tarder une coopération internationale pour agir vite et fort dans la mise en œuvre des solutions proposées.